Projet de prise en charge des Enfants Vivants avec le VIH - Association Serment Universel(ASU)


ONG de reference dans la prise en charge psychosociale
Scripts javascript : Aperçu

ASSOCIATION SERMENT UNIVERSEL

ASU
Aller au contenu
Le projet est né suite à la nécessité pour l’ASU d’assurer la prise en charge psychologique spécifique des enfants et adolescents vivant avec le VIH d’une part et de favoriser l’accès de ces enfants et adolescents aux services sociaux de base. En effet, l’on avait constaté :
  • Plus de la moitié de ces enfants étaient déscolarisés ou non scolarisés ;
  • Plusieurs d’entre eux n’avaient pas accès suivi biologique spécifique au VIH ;
  • 80% des enfants infectés suivis par l’ASU étaient issus des familles démunies ;
  • 60% étaient malnutris ;
  • L’inobservance thérapeutique des parents avaient une répercussion directe sur l’inobservance des enfants infectés ;
  • 90% des enfants et adolescents vivant avec le VIH scolarisés avait un retard scolaire de plus de deux classes ;
  • 65% étaient des orphelins de père et de mère et vivaient auprès des substituts parentaux.
  • 70% des enfants de plus de 9 ans n’étaient pas informés de leur séropositivité.
             Face à ces constats, l’ASU avait engagé des actions pour soutenir ces enfants et leur fournir une prise en charge de qualité.
La première piste explorée a été la mobilisation des personnes de bonne volonté pouvant soutenir les EAVVIH à travers leurs contributions volontaires. Des diplomates de l’Ambassade de France ont été les premiers à parrainer les enfants vivant avec le VIH entre 2005 et 2006.
Le partenariat avec l’« Association Congolaise par amour »[1] a permis d’organiser deux soirées de gala en 2006 et 2007 afin de mobiliser des parrains pour assurer le soutien des enfants et adolescents vivant avec le VIH. Chaque parrain devrait verser 25.000 F CFA chaque mois par enfant parrainé. Tout l’argent collecté à la fin du mois par les bénévoles de l’ASU étaient mis à la disposition du tuteur pour assurer les besoins vitaux de l’enfant. La majorité des parrains étant des expatriés, à la fin de leur mission au Congo, les enfants se retrouvaient sans soutien et leur prise en charge était de nouveau compromise. Au total 19 enfants étaient parrainés entre 2005 et 2007.
Dans le souci d’assurer une prise en charge de qualité avec des ressources plus importantes, l’ASU avait saisi l’opportunité du lancement du programme Grandir, lancé par Sidaction et Initiative Développement pour assurer le plaidoyer en vue de bénéficier du financement de ce programme. Dès 2007, l’ASU a bénéficié du soutien du programme Grandir. A partir de cette année, le SEP/CNLS a aussi financé le projet de prise en charge globale des EAVVIH dans le cadre du financement de la Banque Mondiale et du Fonds Mondial de lutte contre le Sida, la tuberculose et le paludisme. A partir de 2012, la Croix Rouge Française a pris le relais du financement du Fonds Mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme à travers le projet de lutte contre la co-infection VIH-TB. Le financement de Sidaction demeure permanent depuis 2007 malgré l’arrivée à terme du programme grandir.
Compte tenu de son expérience, l’un des psychologues de l’ASU avait été identifié par Sidaction comme personne ressource pour élaborer les fiches pratiques du volet psychologique du programme Grandir. Sur le plan national également, l’ASU a contribué à la rédaction du guide national de prise en charge psychologique des EAVVIH.


[1] Association réunissant des femmes d’origine étrangère ayant épousé des Congolais.
Copyright © ASU Août 2021
Siège : 989, avenue des 3 martyrs, plateau des 15 ans Brazzaville (à coté du cinéma ABC)
BP : 1275  Congo Brazzaville  
Tel (242) 06.699.39.77

Retourner au contenu